Archives mensuelles : juin 2015

Retenez la date : 10 octobre 2015

Notre Assemblée Générale se tiendra dans l’après midi du samedi 10 octobre 2015.

fixée environ un mois après la réunion publique sur le PLU, ce sera l’occasion d’échanger sur les projets présentés et peut être nous mettre en mouvement pour faire valoir nos points de vue.

Soyez présents nous n’agissons que pour les habitants de nos quartiers mais sans leur soutien nous ne pouvons rien faire et nous ne sommes rien.

Notre association si elle existe à bon niveau sera obligatoirement consultée pour le  nouveau PLU.  SI vous voulez faire valoir votre avis ce sera le moment !

Miscellanées de la semaine

– Sécurité : la parfumerie de Carrefour a été braquée

– il semblerait que le commissariat de Sannois cesse de dépendre d’Argenteuil pour relever maintenant d’Ermont. Surveillons bien qu’à cette occasion la permanence du service et des effectifs ne se dégradent pas.

– la boulangerie de la gare : cela se précise. Une nouvelle devanture a été aménagée et on peut voir que l’intérieur est en cours d’aménagement.

– le kiosque à journaux de la gare semble bien réussir. soutenons le en lui réservant nos achats.

– le mystère du 36 Maurice Berteaux dont nous avions parlé à plusieurs reprises se dissipe : après des travaux de remplacement des fenêtres la façade est en cours de ravalement. Vente par appartements ou location ? Nous devrions en savoir plus rapidement. En revanche la boutique au rez de chaussée rénovée à la hâte pendant la campagne des municipales est toujours vide …

– il se confirme qu’un projet immobilier est bien en cours avenue Maurice Berteaux. Notre Association suit cela attentivement. Il semblerait qu’aucun local commercial soit prévu dans ces bâtiments. Il semblerait que le promoteur augmente sont ambition, une vente d’un pavillon riverain de l’autre côté, vers le quincailler, aurait été bloquée par la mairie. À vérifier. Une jonction avec le bâtiment en cours de ravalement est- elle en train d’être tentée ?

– on apprend que deux zones HLM à Sannois vont bénéficier de subventions de rénovation gérées parle  l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine.

– le petit parking provisoire de la gare, géré par la Communauté Urbaine, pourrait -il accueillir un immeuble ?

 

 

 

 

 

 

La Coulée Verte suite des notes prises lors de l’entretien avec M. le Maire

Lors de la réunion sur le PLU, M. le Maire a répondu à deux rumeurs concernant la coulée verte et ses environs immédiats.
Rappelons que la coulée verte constitue un aménagement d’espaces verts sur une branche de voie ferrée désaffectée, quartier Pasteur, à proximité du bd Kennedy. Elle avait pu être négociée lors du projet de construction du BIP. La désaffectation de la voie ferrée auparavant jugée stratégique, avait également permis d’encaisser le BIP dans sa traversée de Sannois.
L’association avait alors soutenu M. Paternotte dans ce projet et dans ses discussions avec la SNCF.

C’est le seul espace vert public dans ce quartier. Il est important de le protéger.
Deux rumeurs nous avaient été rapportées susceptibles de porter atteinte à cette zone :
1) un agrandissement de l’entreprise de construction ECB au détriment de la coulée verte
2) un projet de promotion immobilière menée par la SNCF

M le Maire nous a confirmé que le terrain appartient toujours à la SNCF qui le loue à la Ville. Lors de notre entretien, il ne connaissait pas la durée ni la nature du bail et nous a promis de se renseigner.
Il nous a affirmé que ces deux rumeurs sont fausses :
1) l’entreprise ETB a bien l’objectif de s’agrandir, mais les règles d’urbanisme ne permettent pas de le faire au détriment de la coulée verte. D’autres solutions sont à l’étude.
2) Il a eu différents contacts avec la SNCF qui cherche à céder son patrimoine foncier mais à aucun moment, la SNCF n’a abordé le sujet de la coulée verte avec la Mairie. Il lui semble peu pensable que la SNCF puisse avancer sur ce sujet sans en parler avec la Mairie alors qu’elle a abordé précisément le cas d’autres terrains.
Pour sa part, le Maire pense qu’il pourrait être néanmoins intéressant que les riverains se concertent et le cas échéant puissent proposer à la SNCF de racheter des terrains.
Nous objectons que certains riverains ont des moyens financiers limités et que cette coulée verte bénéficie à l’ensemble des habitants. De nombreuses personnes qui ne sont pas directement riverains s’y promènent.
Nous avons émis l’idée que le PLU prévoit expressément le maintien de cette zone en espaces verts. M. le Maire a approuvé.

Le Bureau de l’Association

Décidément…


 

Nous recevons une nouvelle contribution inquiétante :

« Du nouveau dans un autre quartier qui va avoir des répercussions dans le nôtre. Le sens interdit de la rue des Saules Bridault va être supprimé pour deux raisons. La première est une promesse électorale
du nouveau maire aux habitants de la rue Delaplace et la seconde une demande du maire d’Ermont suite à une réunion qui s’est tenue en
janvier afin de permettre aux habitants d’Ermont de rejoindre plus
facilement l’autoroute. Trois réunions avec quelques habitants de Voltaire se sont tenues mais la solution était déjà entérinée depuis longtemps . Cette suppression va entraîner un afflux massif de
voitures vers les écoles Prat et Pasteur et vers notre quartier. Tout cela bien sur avec une pseudo concertation alors que tout est ficelé
d’avance. »

 

Notes prises à l’occasion de la rencontre de membres de notre bureau avec le Maire de Sannois

Nous avons obtenu un RV avec M le Maire hier en fin d’après-midi pour évoquer les projets d’urbanisme, le PLU et accessoirement la situation difficile des commerçants qui s’estiment abandonnés par la municipalité.

Nous ferons un CR pour les adhérents, mais sans attendre, je vous donne quelques informations et surtout je vous fais suivre le lien pour un article paru sur le blog de l’association.

Le Maire a confirmé le projet immobilier concernant la maison en meulière, ex coiffure et ex logement de la directrice de cabinet de l’ancien maire, le terrain avec le local seniors (qui serait déplacé) et le terrain du pavillon voisin . Il a indiqué que la Mairie a vainement tenté de vendre la maison en meulière à 530K€ net vendeur, sans succès. Ils ont eu des touches à 470K€ mais aucune offre.

Un promoteur leur a proposé un prix deux fois plus élevé, or la Mairie a besoin de ressources financières pour boucler son budget et faire face aux investissements nécessaires, sans augmenter les impôts.

Il confirme également qu’il ne souhaite pas densifier Sannois et a donné des instructions en ce sens aux équipes chargées de préparer le PLU (Plan Local d’Urbanisme).

Néanmoins il ne peut résister aux pressions très fortes de la Préfecture et de la Communauté d’agglomération pour construire des logements sur les grands axes autour de la Gare . A défaut, le PLU serait refusé.

Sur les grands axes, il faudra bien s’attendre à des possibilités de constructions d’immeubles mais avec des hauteurs limitées et il n’y aura pas de logements sociaux à proximité de la Gare (A 28%, la Ville respecte l’obligation de 25% minimum).

Nous avons demandé la protection du secteur pavillonnaire, en évitant la densification, en limitant la hauteur, en formulant des exigences architecturales et surtout des contraintes de maintien d’espaces verts.

Le PLU ne comprendra plus de COS mais édictera des règles contraignantes en terme de division des terrains, des contraintes de parking et d’insertion dans les zones pavillonnaires avec notamment une largeur de voie minimum selon le nombre de logements. il accepte tout à fait notre idée d’exigences en espaces verts.

Il confirme que les immeubles de bureaux inoccupés de l’autre côté de la Gare pourraient faire l’objet d’une opération d’aménagement en résidences pour étudiants et personnes âgées menée par la Communauté d’agglomération (ou départementale : je ne suis pas sûr).

Nous avons demandé également de privilégier sur les grands axes des commerces en rez-de-chaussée en maintenant une synergie des commerces par leur proximité.

Une réunion publique de présentation des orientations du PLU est prévue le 17 septembre. Il est important de noter cette date.

Nous avons également évoqué des rumeurs concernant la Coulée Verte, mais sur le projet ci-dessus entre l’allée d’Orgemont et les commerces, le Maire n’a pas été très précis.

Nous avons obtenu des informations plus précises sur ce projet par des habitants du quartier qui au même moment avaient un RV au service de l’Urbanisme avec Mme Laurence Trouzier Evêque, 2ème Maire-adjoint chargée de l’Urbanisme.

L’article de notre blog rédigé après le Conseil de Quartier donne également des informations.

Il faudra nous concerter et bien échanger nos informations.

La présence à la réunion publique du 17 septembre est très importante de même que la consultation du dossier lors de l’enquête publique qui devra certainement suivre. Les observations devront être communiquées au Commissaire enquêteur.

Compte tenu des règles d’urbanisme actuellement en vigueur, le projet ne pourra voir le jour immédiatement. Vraisemblablement pas avant 2 ans.

Mais ce sont les règles du PLU en cours d’élaboration qui en détermineront les contours définitifs.

Les règles d’urbanisme sont très techniques et bien peu de citoyens mesurent que les modifications des règles ont des conséquences bien des années après :

Je rappelle que la révision du POS par M. Paternotte en 1993, contre laquelle notre association s’était battue, a supprimé dans notre quartier Pasteur la zone résidentielle UH (idem avenue Rozée).

Le projet de 1993 augmentait considérablement la zone où des immeubles pouvaient être construits, la densification et la hauteur possible et prévoyait 16m (soit R+5 !!!) sur une vaste zone du boulevard .

Après une dure négociation qui nous a valu ensuite l’inimitié du Maire de l’époque, nous avions finalement obtenu une zone urbanisée plus réduite en superficie et une hauteur maxi de 13m (R+4) et 10m (R+3) sur la zone immédiatement derrière (nous demandions R+3 sur le boulevard).

Les règles de 1993 ont été complétées par la modification du POS de 2009 (contre laquelle nous avions déposé un recours gracieux puis au Préfet et enfin devant le Tribunal administratif malheureusement sans succès), les règles actuellement en vigueur prévoient :

– sur la zone UAm2 (au Sud le long du boulevard depuis la voie ferrée jusqu’à la rue de Stalingrad, au Nord depuis le bd jusqu’à la 3ème parcelle rue du Maréchal Foch (ex local de danse)) : 13m à l’égout du toit, 19m de hauteur totale par rapport au niveau du terrain naturel, soit R+4 + combles !!!

– sur la zone UAm3 (au Sud du bd : entre les premières parcelles bd M Berteaux et la rue de Stalingrad, au Nord du bd : le long de la rue du Maréchal Foch jusqu’à la rue P.E. Lesacq) : 10m à l’égout du toit et 16m de hauteur totale, soit R+3 + combles.

Ce sont bien ces hauteurs très (trop) importantes qui sont aujourd’hui en vigueur !!! (je tiens à votre disposition le règlement et les plans que vous pouvez également consulter à la Mairie).

Il ne faut malheureusement pas s’attendre à ce que le PLU à venir puisse baisser ces hauteurs.

Je pense donc que par la négociation (et s’il le faut l’opposition), il va falloir surtout s’attacher à l’obtention de limites par rapport au voisinage, à la vue….qui par voie de conséquence permettront de faire baisser la hauteur réellement constructible.

Mais il faut bien savoir que le prix proposé par les promoteurs aux vendeurs (dont la Mairie) est directement lié au nombre de m2 constructibles. Il y a sans doute un seuil minimum qu’ils ne voudront pas dépasser.

L’association est et restera indépendante de tout parti politique ou de toute équipe municipale et continuera à défendre les intérêts et la qualité de vie des habitants de nos quartiers.

Mais sans aucunement chercher à défendre la municipalité actuelle, rappelons que Y. Paternotte avait discrètement préempté la maison en meulière ainsi que le terrain jouxtant où est le local des anciens où était prévu la construction d’un pavillon individuel, manifestement dans l’optique de réaliser une opération immobilière sur le bd Maurice Berteaux.

Nous avions alors demandé un état des diverses préemptions réalisées, que nous n’avons jamais obtenu (il y a aussi le garage plusieurs fois remplacé, le local ex toiletteur de chiens toiletteur, maintenant agence d’intérim…)

En attendant de pouvoir réaliser cette opération, il avait logé sa chef de cabinet pour un loyer dérisoire de 300€ par mois après de lourds travaux de rénovation aux frais de la Mairie.

Sur le terrain contigu, il avait fait poser in extremis avant les élections un local pour les seniors. Nous avions pu obtenir un camouflage par un bardage bois, mais jamais une construction en dur n’a été envisagée, ce qui démontrait qu’une opération immobilière arriverait un jour ou l’autre.

La dégradation des finances de la Ville et la baisse du marché immobilier n’ont fait que reporter l’échéance.

Quelle que soit la municipalité en place, il est important de rester vigilant et de bien tenir compte de toute modification des règles d’urbanisme ou des interventions de la Mairie. Il y a toujours derrière un projet souvent non dévoilé.Notes p