Béton : le retour des mauvais coups ?

Nous recevons la contribution suivante à la suite de la réunion de quartier hier au soir :

« Bonjour,
Suite à la réunion de quartier Pasteur qui a eu lieu hier soir en présence de Mme Trouzier-Eveque, 2eme Maire-adjoint chargé de l’urbanisme, M. Vaudatin et M. Williot également Maires-adjoints, nous avons pu obtenir quelques informations concernant le projet de nouvelle construction dans notre quartier.
Mme Trouzier-Eveque nous a bien confirmé qu’un vaste projet de construction d’un ensemble collectif de 60 logements est sur les rails boulevard Maurice Berteaux et allée d’Orgemont.
L’emprise comprend les parcelles du N°14, N°15 et N°16. Il consiste en la démolition de 2 vastes maisons meulières ainsi que le préfabriqué réservé aux séniors.
En forme de L, il s’étendra le long de la moitié de la petite allée d’orgemont si verdoyante.

Ce bâtiment aurait une hauteur R+3 +combles donc bien 4 étages alors qu’autours les habitations font R+1 voire R+2. Autant dire que ce mastodonte va profondément changer le cadre de vie du quartier .
Fini l’aspect verdoyant des lieux. Il y a bien volonté de densifier la zone; et donc bétonner.

Constitué d’un parking souterrain, les habitants n’auront pas fini de subir les nuisances que provoquera les entrées/sorties de ce complexe immobilier pendant les périodes de rentrées et sorties des classes !

Les raisons de ce carnage :
1/ La maison meulière où était installée le salon de coiffure, propriété de la mairie, et en vente depuis de longs mois ne trouvait pas preneur ( 460 m² de terrain – prix agence : 590 000 euros).
rappelons que la mairie se débarrasse de son patrimoine immobilier pour éponger la dette de la ville.
2/ l’autre maison affichée à 745000 euros avec un terrain de 734 m² également en vente depuis un peu moins longtemps n’a pas eu plus de succès.
Un promoteur (la mairie n’a pas souhaiter communiquer son nom) a cependant montré son intérêt en demandant à la mairie de lui céder la parcelle intermédiaire réservée aux séniors, parcelle qui est également sa propriété.
3/ l’éternel argument consistant à dire c’est pas de notre faute, mais bien de la région et l’Etat qui poussent les communes à densifier les zones autours des pôles de communication.
Rappelons que c’est bien la mairie qui signe le permis de construire.

Il n’échappe à personne que la mairie est bien porteuse de ce projet.

Par contre, quelques questions et non des moindres se posent :

1/ Densifier un quartier alors que la mairie admet ses difficultés à à maintenir les structures municipales et les services associés laisse quelque peu perplexe :
– L’école Pasteur est réputé pour ne plus être adapté à l’affluence des petits écoliers : pas de possibilité d’extension , encore moins de budget pour le projet d’une nouvelle école, préau insuffisant, absence de salle polyvalente pour les accueils périscolaires et extra scolaires depuis l’instauration des nouveaux rythmes scolaires, sanitaires non conformes et laissés à l’abandon jusqu’à cette année, pas de maintenance des tableaux numériques offerts par le conseil général, toiture fuyarde depuis de longues années…une classe doit être ouverte à la rentrée mais le local n’est toujours pas trouvé !
– Le sort de la poste reste incertain;
– l’absence de gestion du stationnement anarchique aux abords de l’école pendant les périodes de dépose ou de récupération des enfants à l’école ; D’ailleurs cet ensemble immobilier va également apporter son lot de véhicules malgré le parking souterrain, amplifiant encore les difficultés de stationnement de la zone.
– une question a été posée concernant la suffisance ou pas des réseau d’évacuation des eaux usées, problème qui marque toujours les esprits. C’est au SIARE de gérer, nous dit-on, pas à la mairie.
– enfin force est de constater qu’en cette période de disette budgétaire, propreté, voirie et espaces verts ne sont pas la priorité de la municipalité.
Bref, n’est ce pas là le meilleur moyen de se tirer une balle dans le pied et mettre la charrue avant les bœufs de penser à ce type de projet ? La population a aujourd’hui d’autres besoins, d’autres demandes auxquels la municipalité ne fait que répondre inlassablement « patience ! ».

2/ La volonté affichée pendant la campagne de doper les petits commerces du quartier est passé aux oubliettes : Il n’est pas prévu de commerces en façade le long du boulevard.

3/ Bizarrement, certaines personnes ont oublié le tollé qu’avait suscité à l’époque la modification du POS du secteur par M. Paternotte. D’ailleurs la population est laissée à l’écart de la préparation du prochain PLU : « on vous présentera le projet une fois terminé ».
Alors que le quartier présente des parcelles en jachère, des locaux à l’abandon, il y a visiblement urgence à imposer contre l’avis de la population et donc en dehors de toute concertation un projet qui va animer les débats ces prochains mois. »

Ce n’est pas la méthode que nous avions compris voir appliquer par la nouvelle équipe municipale et cela nous rappelle de mauvais souvenirs.

comme il n’y a pas de hasard on semble  remarquer actuellement une vague de mise en vente de pavillons sur Sannois.

A suivre comme nous avions dit dans la précédente communication !

4 réflexions au sujet de « Béton : le retour des mauvais coups ? »

  1. nordineNo Gravatar

    Votre commentaire sur l’absence de réaction de Monsieur le Maire concernant la délivrance des permis de construire confirme ce qu’on peut vivre également en centre ville. Ainsi, une antenne relais de téléphonie mobile d’une hauteur de 27,85 m va être installée 1 avenue Achille Archambault. Inutile de vous dire les nuisances qui seront ressenties par les résidants qui habiteront à proximité immédiate de cette antenne relais. La mairie de Sannois malgré l’hostilité des riverains et les contestations a validé le projet.

    Répondre
  2. beber951No Gravatar

    Plus de mémoire nos élus ?

    Un bref retour sur les promesses de campagnes témoignent du retournement de l’état d’esprit de l’équipe municipale.
    source : http://trait-union-sannois.fr/la-liste-sannois-ensemble-repond-a-chacune-de-nos-questions/

    « Nous sommes (…) décidés à restaurer le dialogue entre les élus et les habitants des quartiers en vue d’une information réaliste de la municipalité, en amont des projets.
    Ainsi , nous garantirons leur adéquation aux besoins et nous profiterons d’une participation critique et active lors de leur préparation.
    Le cadre de ce dialogue sera l’« Assemblée des Habitants » que la mairie créera dans chaque quartier (…)

    En accord avec ces engagements, c’est vers les associations et les habitants que nous nous tournerons pour mener en concertation un projet d’aménagement urbain cohérent, respectant les équilibres locaux.
    A ce titre, notre volonté est de préserver la qualité des espaces naturels, des espaces verts et du patrimoine culturel bâti de notre commune dans le cadre d’ une démarche résolument environnementale et de développement durable.
    (…)
    Afin de décloisonner nos quartiers, nous entendons insuffler une nouvelle dynamique au commerce de proximité avec, notamment une diversification de l’offre commerciale dans les domaines alimentaire, de l’équipement, de l’habillement des services et de l’artisanat.
    Afin d’aider à la création ou l’installation de tels commerces, nous proposerons des aides administratives et mettrons à disposition un local à l’essai pour les porteurs de nouveaux projets.

    Comme vous pouvez le constater, nombre des mesures développées ci-dessus n’ont qu’un coût limité. »
    Et dire que ces propos n’ont pas 1 an et 1/2 !
    La position de M. JAMET va vite devenir difficile s’il ne réagit pas dans les meilleurs délais à cette situation que les habitants ne comprennent pas.

    Répondre
    1. L'équipe Trait d'UnionNo Gravatar Auteur de l’article

      moi Maire je … nous avons entendu le même air avec un autre titre !

      Répondre
  3. ROBINNo Gravatar

    BLANC MOUTON-MOUTON BLANC…
    Dur réveil pour les naïfs ayant votés pour un ancien de l’équipe précédente!!!
    Sannoisiens unissons nous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*