Archives de catégorie : Observatoire de l’immobilier

PLU : rencontre de notre association avec Monsieur le Maire.

Le processus de remplacement du POS par un PLU à Sannois a pris plusieurs mois de retard par rapport au planning prévu.

Ainsi le projet ne sera présenté aux votes du Conseil Municipal que le 17 Mars 2016.

Maintenir une réunion de l’Association le 6 février aurait donc été une démarche stérile et frustrante pour les participants. Nous l’avons donc ajournée, mais avons demandé à la date prévue une rencontre avec le Monsieur le Maire pour évoquer ce sujet et d’autres concernant nos quartiers.

Le nouveau calendrier serait publié probablement à l’occasion de ce Conseil Municipal du 17 mars. L’enquête publique pourrait commencer à la rentrée de septembre avec objectif d’avoir terminé à la fin de cette année la démarche du PLU.

Nous vous rendons compte ici de cette rencontre en commençant aujourd’hui par le sujet PLU.

Le contexte général est fortement influencé par la présence de la gare en centre ville, ce qui n’est pas une situation si fréquente en banlieue. Ainsi les quartiers de la gare et Pasteur sont devenus le véritable centre ville en remplacement du quartier de l’église. De ce fait le Maire confirme que nous serons les plus impactés par le projet.

La ville devrait augmenter sa population de 15 % nous faisant passer au-dessus du seuil des 30 000 habitants, généralement très apprécié par les municipalités.

Cet accroissement ne serait pas diffusé également dans toute la ville mais concentré à proximité de la gare pour respecter les règles définies par la Région.

Ainsi les deux axes Foch/Guignot et Charles de Gaulle/ Berteaux seraient destinés à recevoir des immeubles sur leur plus grande partie.

Nous n’avons pas eu de précision sur la profondeur des constructions autorisées à partir de la façade.

Il ne serait pas possible de prévoir des dérogations partielles d’abord parce que le préfet pourrait les réfuter mais surtout, suivant le Maire, du fait des propriétaires de ces ilots éventuels dérogatoires eux-mêmes. Ceci parce que certains ne voudraient pas être et privés d’une optimisation de la valeur vénale de leur bien et d’autres ne trouvant plus d’agrément à se trouver isolés en habitat individuel parmi des immeubles.

Cette évolution pose le problème du financement des équipements collectifs induits et surtout scolaires, qui sont saturés, dans une commune déjà en difficulté financière. De ce fait il est envisagé de maitriser l’accroissement de population en « limitant » la hauteur des immeubles à R+4 ou 5. Ce qui, avec les combles, fait tout de même une vingtaine de mètres de hauteur.

Le Maire insiste sur sa volonté de veiller à la cohérence des constructions et à leur qualité. Il annonce également qu’aucune expropriation n’est prévue, les acquisitions seraient donc faites de gré à gré.

Tout cela ne fera bien entendu pas immédiatement après la parution du PLU mais fixe les règles pour l’urbanisme du futur. Mais si des promoteurs s’intéressaient à votre secteur cela pourrait aller très vite. Des projets sont déjà en attente des nouvelles règles et des promoteurs ont déjà pris des contacts.

Nous avons également évoqué la zone de bureaux quasi vide de la gare. Il semblerait que la réflexion s’oriente vers des logements de petites tailles car Sannois en manquerait. Ils seraient destinés à des personnes âgées ou à des jeunes travailleurs, étudiants ou couples en première installation.

Par ailleurs la vente de l’ancienne poste a été renégociée à la hausse (significativement) avec le promoteur qui projette d’y bâtir environ 150 appartements.

Voici la synthèse des échanges, que nous avons voulue factuelle. Le débat ne fait que commencer et il sera essentiel que les personnes intéressées s’informent activement car après la publication du PLU approuvé il n’y aura plus rien à faire.

Nous contribuerons à cette information et rendrons également compte des autres sujets évoqués au cours de la réunion dans une prochaine publication.

Nous attendons de voir le calendrier des réunions publiques et ce qui s’y passe avant de proposer une réunion de l’Association.

 

 

 

Que vont devenir les locaux de ancien magasin Lidl en face de Carrefour ?

Un lecteur nous signale des travaux d’aménagement en cours dans ces locaux, sans avoir pu identifier leur destination future.

certains d’entre vous auraient-il des informations sur ce qui se prépare ?

Vous pouvez répondre en soumettant un commentaire en cliquant sur « laisser une réponse » sous le titre de cet article.

Une personne s’inquiète par ailleurs de l’affectation des locaux de l’ancien dépôt de charbon boulevard Gabriel Peri. Là encore avez vous des informations ?

Notes prises à l’occasion de la rencontre de membres de notre bureau avec le Maire de Sannois

Nous avons obtenu un RV avec M le Maire hier en fin d’après-midi pour évoquer les projets d’urbanisme, le PLU et accessoirement la situation difficile des commerçants qui s’estiment abandonnés par la municipalité.

Nous ferons un CR pour les adhérents, mais sans attendre, je vous donne quelques informations et surtout je vous fais suivre le lien pour un article paru sur le blog de l’association.

Le Maire a confirmé le projet immobilier concernant la maison en meulière, ex coiffure et ex logement de la directrice de cabinet de l’ancien maire, le terrain avec le local seniors (qui serait déplacé) et le terrain du pavillon voisin . Il a indiqué que la Mairie a vainement tenté de vendre la maison en meulière à 530K€ net vendeur, sans succès. Ils ont eu des touches à 470K€ mais aucune offre.

Un promoteur leur a proposé un prix deux fois plus élevé, or la Mairie a besoin de ressources financières pour boucler son budget et faire face aux investissements nécessaires, sans augmenter les impôts.

Il confirme également qu’il ne souhaite pas densifier Sannois et a donné des instructions en ce sens aux équipes chargées de préparer le PLU (Plan Local d’Urbanisme).

Néanmoins il ne peut résister aux pressions très fortes de la Préfecture et de la Communauté d’agglomération pour construire des logements sur les grands axes autour de la Gare . A défaut, le PLU serait refusé.

Sur les grands axes, il faudra bien s’attendre à des possibilités de constructions d’immeubles mais avec des hauteurs limitées et il n’y aura pas de logements sociaux à proximité de la Gare (A 28%, la Ville respecte l’obligation de 25% minimum).

Nous avons demandé la protection du secteur pavillonnaire, en évitant la densification, en limitant la hauteur, en formulant des exigences architecturales et surtout des contraintes de maintien d’espaces verts.

Le PLU ne comprendra plus de COS mais édictera des règles contraignantes en terme de division des terrains, des contraintes de parking et d’insertion dans les zones pavillonnaires avec notamment une largeur de voie minimum selon le nombre de logements. il accepte tout à fait notre idée d’exigences en espaces verts.

Il confirme que les immeubles de bureaux inoccupés de l’autre côté de la Gare pourraient faire l’objet d’une opération d’aménagement en résidences pour étudiants et personnes âgées menée par la Communauté d’agglomération (ou départementale : je ne suis pas sûr).

Nous avons demandé également de privilégier sur les grands axes des commerces en rez-de-chaussée en maintenant une synergie des commerces par leur proximité.

Une réunion publique de présentation des orientations du PLU est prévue le 17 septembre. Il est important de noter cette date.

Nous avons également évoqué des rumeurs concernant la Coulée Verte, mais sur le projet ci-dessus entre l’allée d’Orgemont et les commerces, le Maire n’a pas été très précis.

Nous avons obtenu des informations plus précises sur ce projet par des habitants du quartier qui au même moment avaient un RV au service de l’Urbanisme avec Mme Laurence Trouzier Evêque, 2ème Maire-adjoint chargée de l’Urbanisme.

L’article de notre blog rédigé après le Conseil de Quartier donne également des informations.

Il faudra nous concerter et bien échanger nos informations.

La présence à la réunion publique du 17 septembre est très importante de même que la consultation du dossier lors de l’enquête publique qui devra certainement suivre. Les observations devront être communiquées au Commissaire enquêteur.

Compte tenu des règles d’urbanisme actuellement en vigueur, le projet ne pourra voir le jour immédiatement. Vraisemblablement pas avant 2 ans.

Mais ce sont les règles du PLU en cours d’élaboration qui en détermineront les contours définitifs.

Les règles d’urbanisme sont très techniques et bien peu de citoyens mesurent que les modifications des règles ont des conséquences bien des années après :

Je rappelle que la révision du POS par M. Paternotte en 1993, contre laquelle notre association s’était battue, a supprimé dans notre quartier Pasteur la zone résidentielle UH (idem avenue Rozée).

Le projet de 1993 augmentait considérablement la zone où des immeubles pouvaient être construits, la densification et la hauteur possible et prévoyait 16m (soit R+5 !!!) sur une vaste zone du boulevard .

Après une dure négociation qui nous a valu ensuite l’inimitié du Maire de l’époque, nous avions finalement obtenu une zone urbanisée plus réduite en superficie et une hauteur maxi de 13m (R+4) et 10m (R+3) sur la zone immédiatement derrière (nous demandions R+3 sur le boulevard).

Les règles de 1993 ont été complétées par la modification du POS de 2009 (contre laquelle nous avions déposé un recours gracieux puis au Préfet et enfin devant le Tribunal administratif malheureusement sans succès), les règles actuellement en vigueur prévoient :

– sur la zone UAm2 (au Sud le long du boulevard depuis la voie ferrée jusqu’à la rue de Stalingrad, au Nord depuis le bd jusqu’à la 3ème parcelle rue du Maréchal Foch (ex local de danse)) : 13m à l’égout du toit, 19m de hauteur totale par rapport au niveau du terrain naturel, soit R+4 + combles !!!

– sur la zone UAm3 (au Sud du bd : entre les premières parcelles bd M Berteaux et la rue de Stalingrad, au Nord du bd : le long de la rue du Maréchal Foch jusqu’à la rue P.E. Lesacq) : 10m à l’égout du toit et 16m de hauteur totale, soit R+3 + combles.

Ce sont bien ces hauteurs très (trop) importantes qui sont aujourd’hui en vigueur !!! (je tiens à votre disposition le règlement et les plans que vous pouvez également consulter à la Mairie).

Il ne faut malheureusement pas s’attendre à ce que le PLU à venir puisse baisser ces hauteurs.

Je pense donc que par la négociation (et s’il le faut l’opposition), il va falloir surtout s’attacher à l’obtention de limites par rapport au voisinage, à la vue….qui par voie de conséquence permettront de faire baisser la hauteur réellement constructible.

Mais il faut bien savoir que le prix proposé par les promoteurs aux vendeurs (dont la Mairie) est directement lié au nombre de m2 constructibles. Il y a sans doute un seuil minimum qu’ils ne voudront pas dépasser.

L’association est et restera indépendante de tout parti politique ou de toute équipe municipale et continuera à défendre les intérêts et la qualité de vie des habitants de nos quartiers.

Mais sans aucunement chercher à défendre la municipalité actuelle, rappelons que Y. Paternotte avait discrètement préempté la maison en meulière ainsi que le terrain jouxtant où est le local des anciens où était prévu la construction d’un pavillon individuel, manifestement dans l’optique de réaliser une opération immobilière sur le bd Maurice Berteaux.

Nous avions alors demandé un état des diverses préemptions réalisées, que nous n’avons jamais obtenu (il y a aussi le garage plusieurs fois remplacé, le local ex toiletteur de chiens toiletteur, maintenant agence d’intérim…)

En attendant de pouvoir réaliser cette opération, il avait logé sa chef de cabinet pour un loyer dérisoire de 300€ par mois après de lourds travaux de rénovation aux frais de la Mairie.

Sur le terrain contigu, il avait fait poser in extremis avant les élections un local pour les seniors. Nous avions pu obtenir un camouflage par un bardage bois, mais jamais une construction en dur n’a été envisagée, ce qui démontrait qu’une opération immobilière arriverait un jour ou l’autre.

La dégradation des finances de la Ville et la baisse du marché immobilier n’ont fait que reporter l’échéance.

Quelle que soit la municipalité en place, il est important de rester vigilant et de bien tenir compte de toute modification des règles d’urbanisme ou des interventions de la Mairie. Il y a toujours derrière un projet souvent non dévoilé.Notes p

Béton : le retour des mauvais coups ?

Nous recevons la contribution suivante à la suite de la réunion de quartier hier au soir :

« Bonjour,
Suite à la réunion de quartier Pasteur qui a eu lieu hier soir en présence de Mme Trouzier-Eveque, 2eme Maire-adjoint chargé de l’urbanisme, M. Vaudatin et M. Williot également Maires-adjoints, nous avons pu obtenir quelques informations concernant le projet de nouvelle construction dans notre quartier.
Mme Trouzier-Eveque nous a bien confirmé qu’un vaste projet de construction d’un ensemble collectif de 60 logements est sur les rails boulevard Maurice Berteaux et allée d’Orgemont.
L’emprise comprend les parcelles du N°14, N°15 et N°16. Il consiste en la démolition de 2 vastes maisons meulières ainsi que le préfabriqué réservé aux séniors.
En forme de L, il s’étendra le long de la moitié de la petite allée d’orgemont si verdoyante.

Ce bâtiment aurait une hauteur R+3 +combles donc bien 4 étages alors qu’autours les habitations font R+1 voire R+2. Autant dire que ce mastodonte va profondément changer le cadre de vie du quartier .
Fini l’aspect verdoyant des lieux. Il y a bien volonté de densifier la zone; et donc bétonner.

Constitué d’un parking souterrain, les habitants n’auront pas fini de subir les nuisances que provoquera les entrées/sorties de ce complexe immobilier pendant les périodes de rentrées et sorties des classes !

Les raisons de ce carnage :
1/ La maison meulière où était installée le salon de coiffure, propriété de la mairie, et en vente depuis de longs mois ne trouvait pas preneur ( 460 m² de terrain – prix agence : 590 000 euros).
rappelons que la mairie se débarrasse de son patrimoine immobilier pour éponger la dette de la ville.
2/ l’autre maison affichée à 745000 euros avec un terrain de 734 m² également en vente depuis un peu moins longtemps n’a pas eu plus de succès.
Un promoteur (la mairie n’a pas souhaiter communiquer son nom) a cependant montré son intérêt en demandant à la mairie de lui céder la parcelle intermédiaire réservée aux séniors, parcelle qui est également sa propriété.
3/ l’éternel argument consistant à dire c’est pas de notre faute, mais bien de la région et l’Etat qui poussent les communes à densifier les zones autours des pôles de communication.
Rappelons que c’est bien la mairie qui signe le permis de construire.

Il n’échappe à personne que la mairie est bien porteuse de ce projet.

Par contre, quelques questions et non des moindres se posent :

1/ Densifier un quartier alors que la mairie admet ses difficultés à à maintenir les structures municipales et les services associés laisse quelque peu perplexe :
– L’école Pasteur est réputé pour ne plus être adapté à l’affluence des petits écoliers : pas de possibilité d’extension , encore moins de budget pour le projet d’une nouvelle école, préau insuffisant, absence de salle polyvalente pour les accueils périscolaires et extra scolaires depuis l’instauration des nouveaux rythmes scolaires, sanitaires non conformes et laissés à l’abandon jusqu’à cette année, pas de maintenance des tableaux numériques offerts par le conseil général, toiture fuyarde depuis de longues années…une classe doit être ouverte à la rentrée mais le local n’est toujours pas trouvé !
– Le sort de la poste reste incertain;
– l’absence de gestion du stationnement anarchique aux abords de l’école pendant les périodes de dépose ou de récupération des enfants à l’école ; D’ailleurs cet ensemble immobilier va également apporter son lot de véhicules malgré le parking souterrain, amplifiant encore les difficultés de stationnement de la zone.
– une question a été posée concernant la suffisance ou pas des réseau d’évacuation des eaux usées, problème qui marque toujours les esprits. C’est au SIARE de gérer, nous dit-on, pas à la mairie.
– enfin force est de constater qu’en cette période de disette budgétaire, propreté, voirie et espaces verts ne sont pas la priorité de la municipalité.
Bref, n’est ce pas là le meilleur moyen de se tirer une balle dans le pied et mettre la charrue avant les bœufs de penser à ce type de projet ? La population a aujourd’hui d’autres besoins, d’autres demandes auxquels la municipalité ne fait que répondre inlassablement « patience ! ».

2/ La volonté affichée pendant la campagne de doper les petits commerces du quartier est passé aux oubliettes : Il n’est pas prévu de commerces en façade le long du boulevard.

3/ Bizarrement, certaines personnes ont oublié le tollé qu’avait suscité à l’époque la modification du POS du secteur par M. Paternotte. D’ailleurs la population est laissée à l’écart de la préparation du prochain PLU : « on vous présentera le projet une fois terminé ».
Alors que le quartier présente des parcelles en jachère, des locaux à l’abandon, il y a visiblement urgence à imposer contre l’avis de la population et donc en dehors de toute concertation un projet qui va animer les débats ces prochains mois. »

Ce n’est pas la méthode que nous avions compris voir appliquer par la nouvelle équipe municipale et cela nous rappelle de mauvais souvenirs.

comme il n’y a pas de hasard on semble  remarquer actuellement une vague de mise en vente de pavillons sur Sannois.

A suivre comme nous avions dit dans la précédente communication !

Constructions nouvelles dans le quartier Pasteur ?

Nous recevons de l’un de nos lecteur le message suivant :

« Du nouveau dans notre quartier. La maison ou se tenait le salon de coiffure et accupée pendant un temps par l’ancienne directrice de cabinet de l’ancien maire est…vendue. Le terrain la jouxtant aussi ainsi que la maison a coté. Le nouveau proprietaire est un promoteur qui va construire un immeuble dans notre quartier pavillonnaire de 4 niveaux.
Pour les seniors rien est prevu pour l’instant. »

A suivre …

L’habitat urbain : urbanisme dans nos quartiers – réunion du 11 février

Parler d’urbanisme c’est évoquer chaque quartier, chaque rue, chaque parcelle de terrain, c’est envisager les équipements, bâtiments communaux, transports, moyens de communication, c’est analyser et envisager le développement urbain et son adaptation au contexte économique local, c’est s’interroger sur sa préservation et son adaptation à l’environnement, c’est prendre en compte la cohérence sociale générale.
Autant dire que c’est un sujet essentiel qui concerne chacun de nous.
A SANNOIS où en sommes nous?
Peu ou pas de communication officielle de la mairie sur ce sujet jusqu’à maintenant sauf au travers d’informations recueillies ici et là par la presse, divers comptes rendus, le blog de l’association TRAIT D’UNION PASTEUR GARE.
Le POS est toujours en vigueur, il fait même l’objet d’une modification partielle rue Mozart en attendant le PLAN LOCAL D’URBANISME qui se substituera au POS.
Nous savons pourtant qu’un bureau d’étude a été nommé par la Mairie et travaille actuellement sur ce PLU.
Quelles seront les orientations générales?
Quelles seront les orientations particulières autour de la gare, pour mettre fin aux dispositions actuelles du POS qui avaient été unanimement rejetées par la population mais que la précédente municipalité avait néanmoins imposées ?
Quels sont les délais de mise en place de ce PLU?
ETC….
Nous attendons aujourd’hui que la Mairie communique sur ces sujets et demandons une vraie concertation dans l’élaboration du PLU qui ne soit pas uniquement la stricte concertation officielle.

La réunion organisée par l’association LE TRAIT D’UNION PASTEUR GARE en présence du Maire le 11 février nous permettra certainement d’en savoir plus.