Archives de catégorie : Vie de nos quartiers

Circulation rue du Maréchal Foch : Danger !

On nous communique le texte d’un courrier/ pétition adressé au Maire de Sannois que vous trouverez ci-dessous :

« Par la présente, les administrés de Sannois demeurant dans le quartier Pasteur, plus précisément dans la rue du Maréchal Foch, tiennent à vous informer d’un risque potentiel d’accident de la route, sur votre commune.

En effet, le rue du Maréchal Foch est extrêmement dangereuse et les moyens de la rendre plus sécure n’ont jamais été entrepris.
Ainsi, les voitures et motos roulent très souvent à vive allure, au détriment du code de la route qui fixe la vitesse maximale à 50km/h en ville.
Pour rappel ,cette longue rue est empruntée quotidiennement par des enfants qui se rendent à l’école maternelle et primaire Pasteur.
Les passages piétons ne sont absolument pas sécurisés: l’un d’eux est en pleine sortie de virage, avec un marquage au sol qui n’est quasiment plus visible.
De même, les personnes qui se rendent à pied, à la gare chaque matin et chaque soir, traversent de façon inopinée dans l’espoir d’avoir leur train, et se retrouvent confrontés à des véhicules qui roulent bien trop vite.
Enfin , les récents travaux de voirie devant la gare , coté Maréchal Foch, n’ont pas permis d’aménager un espace de «dépose minute» qui en toute logique, aurait pu sécuriser la dépose de personnes qui se rendent à la gare . Au lieu de cela , les voitures s’arrêtent à la hâte, en «warning», obligeant les autres véhicules à les doubler sans aucune sécurité.

Le nouvel aménagement devant la gare a permis la création d’un espace «canin» certes indispensable pour rendre la ville propre , la création d’un immense garage à vélo et la création d’«une charrue campagnarde» en guise de décoration…mais en terme de sécurité: rien !!!
Nous souhaiterions donc, que plusieurs ralentisseurs soient installés dans la rue, qu’un «dépose minute» soit créer sur l’immense trottoir devant la gare, coté Pasteur et que cette grande et longue rue soit enfin sécurisée, pour les résidents de la rue, les enfants du quartier et les usagers de la SNCF.
Il nous semble indispensable que des aménagements soient réalisés avant qu’un drame n’arrive.

Dans l’attente d’une réponse favorable à notre demande, je vous prie Monsieur le Maire ,
d’accepter nos salutations distinguées. »
Nous constatons en effet tous les jours la vitesse excessive des automobiles circulant sur la ligne droite jusqu’au ou à partir du numéro 1 de la rue. Les arrêts de bus et les personnes s’arrêtant pour déposer ou charger des voyageurs SNCF aggravent encre les risques d’accidents graves.

Le piège de la double peine.

Nous rencontrons beaucoup d’habitants de Sannois profondément touchés par les projets d’urbanisme.

Majoritairement ils désapprouvent un projet qui créerait les conditions de la destruction d’un cœur de ville qui n ‘a pas toutes les qualités mais qui est le produit de l’histoire de la commune, y compris les erreurs, et à ce titre profondément humain.

Etant très sollicités par des promoteurs, se développe une posture de désespoir que nous pourrions résumer ainsi  « cette ville ne me conviendra plu et, foutu pour foutu, je vais au moins essayer de faire une bonne affaire avec la vente de ma maison ».

Il y a en effet en ville une rumeur qui gonfle sur le fait que des promoteurs offriraient 1,5 ou 2 ou même trois fois le prix des pavillons dans des zones identifiées par le projet de PLU comme « à densifier ».

C’est oublier que les Sociétés de promotion sont des entreprises soumises à la nécessité de réaliser des bénéfices pour survivre et que pour vendre leurs appartements, elles doivent les proposer au prix du marché. Chaque transaction est un rapport de force.

Cette rumeur est donc infondée et caractéristique des situations d’anxiété générées par l’absence de débat public organisé officiellement sur la base d’informations loyales.

Le résultat est que ces personnes ne se mobilisent plus pour s’opposer à ce qui se prépare, se considérant déjà un pied dehors.

En réalité les promoteurs ne sont pas des Pères Noël et tous les projets envisagés par eux pour se positionner pendant cette période ne verront pas tous le jour à court ou moyen terme.

Beaucoup nos concitoyens seront déçus et contraints de rester dans une ville transformée contre leur volonté et souvent, propriétaires d’un bien dévalorisé par l’environnement, ne serait-ce que du fait des travaux dans le secteur.

Il y aura moins de Crésus que de Perrette et le pôt au lait !

 

 

Course cycliste quartier Pasteur

Le 8 mai nous avons connu notre second week end consécutif d’état de siège.

Il était impossible d’aller et venir de chez soi dimanche, jusqu’à tard dans l’après midi, les courses ayant pris du retard.

Ayant fait le tour du circuit nous avons constaté une présence rarissime d’habitants du quartier.

Cette manifestation ne peut donc pas être classifiée comme destinée à animer le quartier Pasteur pour le plaisir de ses habitants.

Nous attendons donc que la promesse formelle  faite par Monsieur le Maire à notre  association de déplacer ailleurs cette  compétition dès l’année prochaine  soit tenue.

« visiteurs » nocturnes des jardins.

On nous signale que dans le courant de la nuit du 14 mai des individus on « visité » des jardins de l’îlot déterminé par les rue Foch et PE Lesacq, escaladant les murs séparatifs de clôture.

Aucun véritable vol ni détérioration grave n’ont été signalés à ce stade. Il peut bien entendu ne s’agir que de gamins.

Mais comme ce n’est pas la première fois, il se peut aussi que ce soit un moyen de repérage pour des cambriolages envisagés.

Utilisez donc bien vos moyens de protection, ne laissez à l’extérieur aucun bien de valeur ni outils pouvant être utilisés pour commettre des infractions. Et surtout n’hésitez pas à prévenir les services de police si vous constatiez de nouvelles visites.

Demain dimanche 8 mai la brocante annuelle du Quartier Pasteur

Les habitants de certaines rues du quartier doivent s’attendre à des difficultés de circulation et même, boulevard Maurice Berteaux, à ne plus pouvoir entrer ni sortir de chez eux.

Notre association avait demandé à ce que soit mis bon ordre aux incivilités constatées il y a deux ans.

L’année passée un net progrès avait été constaté par l’interdiction à la vente de certains articles, l’installation de WC, une tolérance moins grande pour les stationnements anarchiques et la présence visible de la police municipale.

Nous n’avions pas réellement obtenu satisfaction en demandant à ce que les habitants du quartier soient prioritaires pour obtenir des emplacements et bénéficient de conditions financières préférentielles. Nous nous interrogeons aussi toujours sur l’économie de cet événement utilisant la voie publique.

N’hésitez pas à nous faire part de vos témoignages et avis.