Commerces dans les quartiers à Sannois

Notre précédent article nous a amené une contribution illustrant le déclin du commerce de proximité dans nos quartiers. Par exemple le quartier de l’église était l’un des plus commerçants de SANNOIS . Aujourd’hui il ne reste pratiquement plus qu’une boulangerie et une pharmacie en activité pour l’instant …

Voici pourquoi il faut soutenir nos commerçants et refuser qu’ils soient affaiblis par des implantations de concurrents le long des voies qui ne survivront probablement que le temps de les entraîner dans leurs disparitions.

On nous suggère aussi d’évoquer la situation du commerce dans le quartier de la gare. D’un point de vue commercial, ce quartier est passé longtemps pour le véritable centre de la ville . Il reste probablement le premier,  hors marché et la grande surface Monoprix . Cependant sur un plan pratique :

– le stationnement y est très difficile, ce qui n’est pas une gène pour les riverains valides mais pose problèmes aux autres et aux habitants de Sannois qui voudraient y faire leurs courses au lieu d’aller à Saint-Gratien ou Ermont.

– les commerces du quotidien et de premières nécessité sont submergés par les agences immobilières et agences de banques, les cafés, restaurants orientaux, fast-food et coiffeurs. Ces honorables professions sont certes utiles et habituellement implantées dans les zones de fort passage que sont les gares . Mais il y a un problème d’équilibre entre d’une part, l’offre de passage et de besoins occasionnels et d’autre part, l’offre qui fait le confort de la vie quotidienne.

Pour illustrer il faut se souvenir qu’ont successivement disparus le poissonnier, l’épicerie fine,  le quincailler/bazar, le boucher, le charcutier, les marchands de fruits et légumes le libraire et les merceries.

On nous dira que c’est une tendance générale et qu’il faut accepter les évolutions sociologiques de notre époque. Nous pourrions nous  aussi nous résigner si nous n’avions pas sous les yeux les réussites relatives de villes voisines.

C’est la question de l’oeuf et de la poule : le commerce de proximité meure-t-il de l’absence d’une politique communale de soutien ou n’est-il pas soutenu parce qu’il s’éteint naturellement ?

La réponse est dans l’analyse des véritables attentes des habitants de la ville.

Rappelons que nous nous sommes battus pour éviter que cette zone soit transformée en immeubles de bureaux.

Voici un véritable thème de débat pour la campagne des élections municipales qui va s’ouvrir. Cela intéresserait plus sûrement les habitants de Sannois que de relayer les thèmes nationaux des partis politiques ou de s’invectiver avec les derniers rebonds de l’affaire Tapie ou Cahuzac …

 

 

3 réflexions au sujet de « Commerces dans les quartiers à Sannois »

  1. Monique SAVO-SARDARONo Gravatar

    Bonjour à tous,
    Justement à propos de commerce, ma fille Claire SAVO-SARDARO vient d’ouvrir il y a une semaine, une boutique de restauration rapide à savoir :
    Salades variées, tartes salées et sucrées, desserts variés, crêpes et gaufres,
    sandwiches, panini etc… à déguster sur place (salle à l’étage) ou à emporter.
    Tous les plats sont cuisinés sur place et avec des produits frais.

    Cela s’appelle « O 2 C ki CROK » (à essayer … il y a déjà des habitués)

    L’adresse : 84, Bld Charles de Gaulle, à Sannois (bien sûr) (ancien tapissier).

    Monique SAVO-SARDARO

    Répondre
  2. sannois.comNo Gravatar

    Bonjour,
    Vous lancez un faux débat qui n’a plus vraiment de sens :
    La France est en Europe la plus pourvue en hyper ( 1 pour 46 000 hab ) et super marché (1 pour 10 000 habitants ). Et comme si ça ne suffisait pas les drive poussent comme des champignons. Donc , sauf a détruire des hyper et super de manière globale, il n’y a pas de solutions face a cette concurrence colossale et ingérable pour le petit commerce. D’ailleurs la petite epicerie aux pieds de la mairie vient de jeter l’eponge aussi apres moins de 2 ans d’activité. Vous evoquez le quartier de l’église : il est a deux pas de carrefour, lidl & picard … Sauf a etre suicidaire je vois mal un commerce de bouche s’installer la.
    Vous évoquez une analyse des véritables attentes des habitants de la ville : je pense qu’a la base ils essaient surtout de consommer a moindre cout. Comme tout les français. Ne soyons pas hypocrites.
    La grande distribution a remodelé les villes et c’est il y a quarante ans qu’il aurait fallu anticiper. Au niveau d’une commune aujourd’hui il n’y a pas grand chose a faire.

    Répondre
    1. L'équipe Trait d'UnionNo Gravatar Auteur de l’article

      Nous publions toutes les opinions raisonnables et donc la votre.

      Mais publier n’est pas être d’accord !

      Si c’est un faux débat pourquoi y participez vous ?

      Quant à dire qu’il n’y a rien à faire nous vous suggérons d’aller faire un petit tour à Saint-Gratien ou Ermont et vous verrez que lorsqu’on ne baisse pas les bras beaucoup de choses sont possibles …

      Merci de votre intérêt et de votre contribution

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*