Des emprunts de plus en plus toxiques

La chute de l’Euros combinée avec  la hausse du Franc Suisse sur lequel est indexé le remboursement des prêts dits toxiques sont une catastrophe pour la dette des communes prises dans ce piège . Cette évolution  pourrait doubler le montant à rembourser.

Notre commune étant dans cette situation nous pouvons attendre avec inquiétude la révélation du montant de la facture et surtout les conséquences sur la gestion des services de la commune et peut être … nos impôts .

3 réflexions au sujet de « Des emprunts de plus en plus toxiques »

  1. TouchotNo Gravatar

    L’Europe vient de mettre de l’argent pour racheter de la dette des États, il serait bon que l’État fasse de même pour racheter de la dette des communes.

    Si les impôts augmentent, il faudra se souvenir de ceux qui ont joué avec nos finances, et qui se croyaient supérieurs lorsqu’on les alertait sur les dépenses inconsidérées dans la gestion de la commune.

    Répondre
    1. VAUVELLENo Gravatar

      La hausse du franc suisse est une catastrophe pour notre commune, il faut savoir que la Suisse rachetait régulièrement des euros pour empêcher l’envolée de sa monnaie.
      La baisse de l’euros va certes avoir des conséquences graves pour notre commune, le taux de l’emprunt va doubler, de 16% il va passer à 30% environ, une catastrophe.
      A cela il faut prendre en compte l’arrêt du conseil constitutionnel qui a légalisé les emprunts toxiques, les communes ne peuvent plus se retourner contre les banques ou l’état, le fond de 1.5 Mds d’euros sera insuffisant et notre commune ne sera probablement pas éligible, il est toutefois permis d’espérer.
      La baisse de l’euros fera remonter l’inflation de 2 à 3 % par an dans le meilleur des cas,
      Les pensions de retraite n’étant plus indexées sur le coût de la vie ainsi que les salaires la baisse du pouvoir d’achat sera considérable, il devrait atteindre au mieux 10 à 15% auquel il faut rajouter au 1 er janvier une hausse de 2.8% de la CSG pour les retraités.
      A cela s’ajoutera la hausse des produits d’importation de première nécessité sans qu’en retour on constate une relance de notre économie vu que nos outils de production ont été délocalisés.
      Lors du dernier conseil municipal pas un mot sur le sujet, ce n’était peut-être pas à l’ordre du jour, mais le sujet aurait dû être abordé en questions diverses. La situation que connaît notre ville a fait l’objet d’un rapport détaillé dans un compte rendu du conseil de quartier du Moulin en 2012. Il y est expliqué en détail le mécanisme des emprunts toxiques. La pensée savante a mené les Sannoisiens droit dans le mur.
      Dans le dernier Sannois magazine on parle à nouveau des crottes de chien (deuxième édition en 6 mois )
      dans la page réservée à la tribune libre ) alors que nous traversons une période difficile qui ne mérite pas que l’on se limite à des sujets secondaires.

      Répondre
  2. dFiNo Gravatar

    Faut il être aussi pessimiste?
    La BFS a décidé de ne plus soutenir artificiellement le taux de change avec l’EURO ce qui a eu pour conséquence de surévaluer le franc suisse de 10 à 15%.
    Les intérêts de la dette de la commune sur les emprunts toxiques indexés sur le franc suisse, fluctuent donc davantage dans un sens ou dans l’autre.
    Or (version optimiste) les mouvements financiers importants que nous constatons actuellement dont le rachat de dettes par la BCE, ne pourraient-ils pas inverser la tendance?
    Une chose est certaine, c’est une difficulté supplémentaire dans la renégociation en cours de ces emprunts toxiques contractés par l’ancienne municipalité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*