Hommage à Pierre Rochard

Mon cher Pierre,

Dans ce lieu de recueillement, il a été dit, pour toi, des mots d’Espérance, ceux qui conviennent désormais au temps où ta présence physique ne réjouira plus ceux qui t’aiment, des jours où tu vivras cependant en eux. Tes petits enfants ont allumé les flammes de la continuité.                                                                                                           Sur la proposition de ta famille, j’userai, moi, de l’honneur qu’elle me fait, pour dire les mots évoquant le passé, celui de notre coin de terre que nous avons partagé depuis si longtemps.

Tandis que je vois disparaître tous les vieux copains que la jeunesse nous a donnés, l’heure, souvent, m’invite à la méditation. Avons-nous,  toi,  moi  et les autres, toujours compris à quel point était riche de petits bonheurs et de grandes valeurs, la civilisation de l’amitié et de l’Amour, que nos parents et nos grands parents nous ont offert en héritage ? Avons-nous, bon an, mal an, mais fidèlement, mais courageuse- ment, contribué à perpétrer la fraternité, celle que Madame Rochard enseignait  aux enfants par l’Histoire de notre Nation ?                                                                                   Plusieurs générations de Rochard ont laissé leur trace dans cette ville. Tu es né au 31 de la rue de Paris et, toi et moi, partageons ce titre de natif de Sannois, titre qui ne nous a pas donné plus de droits, mais un peu plus d’affection pour cette Commune.                                                                                                                      Tu étais un dessinateur de précision dont a bénéficié la Compagnie du Gaz, tu étais disponible à l’engagement pour améliorer la vie quotidienne (d’aucuns se souviennent de ton action quand il fut question, pour remplacer le dangereux passage à niveau, de construire un toboggan défigurant le quartier).                                                                                                                                                                                                                  Pour y défendre la maison et le petit jardin, où les fleurs sont plus belles et les arbres plus protecteurs que nulle part ailleurs, tu as su agir, tu as su dire publiquement en bien et, quand ce fut nécessaire, dire en mal, ce que tu pensais. Etre et vivre libre ! mais pour avoir le droit de bénéficier de la liberté, faire son devoir ! Tel était ton projet et ta conception de la vie. Ta longue action dans le quartier que l’on disait être le quartier hors barrière- ( c’est beau un quartier hors les barrières des habitudes, hors les barrières des égoïsmes), cette action menée avec constance, a été, je le crois, non la défense obtuse d’intérêts particuliers, non le bruit fait jusqu’au Conseil Municipal d’un mécontent chronique, mais une voix donnant un écho à cette civilisation du partage, du savoir-vivre, du savoir-vivre ensemble , que je viens d’évoquer.

Partager les joies et les malheurs des voisins, se réjouir que les mêmes oiseaux aillent de chez soi aux balcons des amis, pour y becqueter quelques graines répandues, offertes aux besoins vitaux et aux plaisirs de ceux qui chantent la Vie, vouloir le trottoir accessible et agréable aux résidents, mais tout autant, et plus peut-être, aux passants, sans faire de ce trottoir où s’écoule le destin des autres, sa propriété de droit souverain, telle fut, je crois, la raison de ton action.

Au cours de nos fréquentes rencontres au sortir du marché, tu m’exposais les causes de ta critique malicieuse, sans pour autant être méchante. Nous devisions sur le Sannois d’aujourd’hui, et avec un peu de nostalgie, nous nous racontions le Sannois de notre enfance.                                                                                                                                                                                De la place de la gare où j’habitais, au long de la rue de Paris où était le commerce de tes parents, de très nombreux chalands fréquentaient les nombreuses boutiques : quincaillerie,  boulangerie, charcuterie, épicerie, pâtisserie, mercerie, et même un atelier de mécanicien, où nous allions faire réparer notre vélo, rien qui soit nécessaire ne manquait au quartier et le travail était donné à tous. Nous disions que nous allions , chez Courtois, chez Jouanneau, chez Brunet, ou chez Mouillefarine et, quand nous devions donner aux vêtements un air nouveau,  nous allions chez Perruche-Rochard. Le commerce avait un nom et le commerce était amical, ce pourquoi nul n’entrait sans dire bonjour, nul ne ressentait l’impression d’être un robot consommateur, dans un trop grand hall, que les spots colorés ne réchauffent pas, socialement parlant.                                                                                                             D’une part, les commerces du quartier de la gare étaient loin des manières déshumanisantes de l’anonymat, ils étaient surtout, hors de la désespérance actuelle de ceux qui n’ont ni boutique, ni atelier, d’autre part, jardins et pavillons donnaient à notre ville un air provincial, capable d’attirer les poètes et les peintres, et c’est sans doute pour ces raisons, que tu voulais que Sannois en garde le souvenir et que toutes les traces de cette vie, sociale et familiale, ne disparaissent pas.

Pierre, puisque, par courage et par amitié, tu as su offrir du temps à l’œuvre commune et plus encore, donner, par Amour, du bonheur à ton épouse, à tes trois enfants, à tes neuf petits-enfants, et à tes six arrières- petits-enfants, tu pars avec un bagage d’estime et de reconnaissance dont témoignent ceux qui sont ici.

Heureux sont ceux qui par leur travail et leurs engagements, ont donné aux autres quelques raisons de se réjouir de notre société humaine. En plus du pain pour le corps, honnêtement gagné, pour leur famille, ils ont aussi, gagné le pain du cœur et de l’esprit qu’ils ont secrètement, généreusement, redistribué autour d’eux.

En passant devant ta maison, hier, j’ai cru voir une plaque posée par l’Amour et l’amitié et j’ai cru lire : « ici vécut un bon citoyen, auquel nous disons merci » !

Entre ! Pierre,  dans le territoire mystérieux de l’Immensité invisible à nos yeux ; au nom de tous tes amis sannoisiens je te dis mon adieu avec les mots que se disent les gens de bon vouloir et que tu reconnaitras :                                                                                                                                                                                                                                                                                             salut et fraternité, mon vieux copain.  

 Oraison funèbre pour Pierre Rochard ,

Sannois le 10 février 2012      Jean  LI SEN LIE


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*