La réunion de lundi 10/10/2016 pour le lancement de l’enquête publique sur le PLU

Lundi soir à 20 heures s’ouvrait le « débat à l’occasion de l’enquête publique » concernant le PLU.

Trois ateliers bien préparés concernant  le centre ville ( animé par le Maire), les quartiers pavillonnaires et les quartiers en cours de rénovation ou construction ( animé par l’adjointe chargée du PLU).

Une assistance réduite, une centaine de personnes s’étaient déplacées. Les échanges sont restés dans l’ensemble courtois.

Pas de grandes nouveautés si ce n’est l’affirmation publique par le Maire que la commune ne ferait pas de préemption au delà du cœur de ville , c’est à dire en face et autour de la mairie, alors que ce droit existe partout dans la ville.

Les achats en préemption dans cette zone ne seraient plus réalisés par la commune directement mais par un organisme intercommunal constitué à cet effet.

Nous reprenons ci dessous des échanges survenus dans les ateliers et autour.

C’est trop tard de faire un débat public alors que tout est joué. Il fallait faire un véritable débat démocratique au lancement de la réflexion.

L’affirmation du Maire que, si la municipalité ne présentait pas un projet conforme à la réglementation dans les délais, nous perdrions l’initiative, qui serait transférée alors aux services de l’État, n’est pas contestée.

Mais le sentiment général était que cet argument a été utilisé pour escamoter la concertation avec la population. Plusieurs personnes allaient jusqu’à affirmer que cela n’aurait peut être pas été pire compte tenu de la densité de la ville, des constructions déjà en cours de densification et du côté radical des options prises, de faire piloter le PLU par les services du Préfet..

On déplore la disparition des parkings existants dans la rénovation du quartier de l’Église, déjà en nombre très insuffisants.

L’affirmation de l’équipe municipale que « personne ne sera obligé de vendre pour laisser la place à des immeubles » apparaît très politique.

Le sentiment général est que nous allons nous retrouver dans le cadre de la théorie des dominos. Les promoteurs ont les moyens financiers de « faire craquer » par des offres avantageuses, un ou deux propriétaires dans une zone, les autres devenant en situation de contrainte devant la menace de dégradation de leur environnement et de perte de valeur de leur bien.

L’évocation constante dans les ateliers de la création de commerces à l’occasion des nouvelles constructions ne paraissait pas crédible. Les commerces ne sont pas créés administrativement mais dépendent de la demande de la clientèle et … des possibilités de parking. En dehors des coiffeurs, des banques et des agences immobilières il suffit de regarder comme est florissant le commerce à Sannois aujourd’hui. Les quelques milliers de nouveaux habitants, endettés pour acheter leurs appartements, ne nous paraissent pas vraiment de nature à changer l’importance de la fréquentation du commerce de proximité face à la concurrence d’internet et de la grande distribution.

Parmi les chantiers en cours, figure le stade Fernand Coutif ( proche des pompiers et de la piscine). Il coûte actuellement très cher en maintenance et est peu utilisé. La construction d’une cinquantaine d’appartements permettra de rénover les installations sportives tout en allégeant les finances de la ville.

Les autres grands projets en cours concernent le Moulin Vert, le quartier de l’église et l’extension de bâtiments près du collège Jean Moulin.

Le projet du boulevard Maurice Berteaux n’est pas abandonné mais « toujours en cours de négociation ».

Le Maire se félicite de l’attraction actuelle de Sannois mais le grand absent des débats est la raison de cette attractivité. Nous ne sommes pas les seuls à avoir une gare et ce n’est pas l’offre commerciale qui l’explique. Beaucoup insistent sur le fait que cette attractivité vient d’un centre ville resté à taille humaine un peu à l’ancienne, qui tranche avec les rues/murs de beaucoup de villes voisines.

Quant à la faible fréquentation ce cette réunion publique, beaucoup l’expliquent parce que « les carottes sont cuites » et que maintenant il vaut mieux discuter avec les promoteurs qu’avec la Municipalité. On s’étonnait aussi du peu de communication faite pour cette réunion.

On a aussi entendu que ce projet mettait en danger la mixité sociale à Sannois, qui est probablement parmi ce qui se fait de mieux actuellement dans ce domaine. Pour qu’il existe une mixité il faut que les différentes catégories soient représentées dans un équilibre toujours fragile. Si une catégorie était chassée à l’occasion d’une réorganisation de l’habitat à grande échelle, l’équilibre risquerait d’être rompu.

Pour être complet, en dehors des ateliers, beaucoup expliquent leur regret d’avoir voté pour cette équipe municipale qui a été élue sur des promesses de changement par rapport au mode de gouvernement de l’ancienne équipe, alors que, dans le meilleur des cas, il n’y aurait pas de changement.

La transparence exige aussi que nous rendions compte des remarques qui nous ont été faites sur notre Association Trait d’Union. On nous a questionné sur la présence qui serait importante au conseil d’administration, de personnes qui seraient proches de la municipalité ou en train de vendre leur maison à des promoteurs et parfois les deux. La déstabilisation qu’occasionne le projet de PLU et les rumeurs que cela génère n’épargnent pas notre association. Une clarification sera peut être nécessaire, mais nous nous efforçons toujours d’accueillir la diversité des opinions et de garder une ligne le moins polémique possible.

 

Maintenant place à l’Enquête Publique et nous regarderons avec beaucoup d’attention ce qui sera changé sur le projet après … Un bon outil de mesure de la sincérité des affirmations que nous avons beaucoup entendues.

 

La réunion lundi

10 réflexions au sujet de « La réunion de lundi 10/10/2016 pour le lancement de l’enquête publique sur le PLU »

  1. delpNo Gravatar

    Merci pour ce compte rendu précis. Pour ma part, je ne pense pas que « les carottes soient cuites » ,bien au contraire. Une municipalité élue démocratiquement doit rendre des comptes à ses administrés. Peu de Sannoisiens veulent vendre leurs maisons car ce qui les animent c’est cette ville à taille humaine et non éloignée de Paris. Ceci n’étant le cas d’aucune ville autour. Résister et conserver cette atypie est la plus grande garantie de plue value immobilière mais sur du long terme. de plus la densification sans équipement suffisant est vouée à l’échec. Une densification non maîtrisée alliée à une gestion aléatoire du vivre ensemble créé un appauvrissement du lien social et en découle d’autres problèmes dont l’équipe municipale devra rendre compte.

    Répondre
    1. L'équipe Trait d'UnionNo Gravatar Auteur de l’article

      Nous venons d’élire des administrateur d’une autre association créée à l’occasion du PLU.

      Comment contacter Oxygène ?

      Répondre
  2. BartholdiNo Gravatar

    Bravo pour votre combativité Delp. J’admire la fougue de ce que je pressens chez vous être de la jeunesse et un tempérament porteur d’espérance.
    Alors vous pensez sérieusement que l’on peut encore faire quelque chose contre ces élus bétonneurs, ces frénétique de la construction verticale qui vont nous opacifier toutes nos rues ? Eux, ces élus irresponsables ?
    Peut-on encore, en tant qu’habitants attachés à Sannois, faire quelque chose contre ce projet monstrueux qui va dénaturer Sannois et la rendre pareille à des centaines de villes de banlieues sans charme, sans âme? Comme je veux vous croire, Delp !
    Certes, nombre de ces élus municipaux qui font ces mauvais choix s’en fichent, soit ils sont locataires et ont leurs biens en province, soit ils vendent carrément leur bien avant de préparer leur retraite définitive au bord de la mer.
    Et pour les autres, ils ne doivent pas habiter pas dans les rues qui seront saccagées par un PLU taillé pour les promoteurs ou les propriétaires vendeurs. Certains de mes voisins d’ailleurs prennent peur et se disent qu’il feraient mieux de vendre les premiers et de ne pas être les dindons de la farce quand ils seront les derniers de Mohicans du boulevard M. Berteaux, leur pavillon encadré des deux côtés par des immeubles de 6 étages avec vue plongeante sur leur terrasse et leur jardin.
    Malgré tout, quelques espoirs dans les associations comme Trait d’Union, et puis les petites nouvelles, Oxygène Sannois et Défense de la qualité de vie à Sannois et dans les quelques élus municipaux qui se battent contre cette folie pure.
    Prêt à vous rejoindre quand une occasion d’action se présentera pour dire haut et fort, en tant que Sannoisien amoureux de ma ville, que nous ne voulons pas de cette folie destructrice permise et provoquée par quelques politiques visiblement grisés par le pouvoir et aujourd’hui complètement déconnectés des aspirations des habitants qui ne demandent qu’à continuer à habiter dans une ville à taille humaine.

    Répondre
    1. delpNo Gravatar

      Bien sur je le crois. En premier lieu parce que cette équipe municipale est bien peu compétente et chevronnée et que , pour assister aux conseils municipaux, il y a peu de fougue du côté de nos élus. je pense que l’erreur serait de vendre car c’est ce qui donne du pouvoir au PLU: la peur… Ce n’est pas une zac qui est prévue donc pas d’expropriation. Je pense que pour ce qui est des quartiers menacés; à savoir à peu près tous!! Il faut garder la tête froide et surtout ne pas vendre aux promoteurs ce qui rendrait le PLU efficient et mettrait une pression de plus en plus grande sur les autres. un PLU peut être révisé et le mandat ne dure que 4 ans encore, ce qui est long est court. la sanction viendra en dernier recours des urnes. néanmoins en attendant, je conseille aux sannoisiens de se rapprocher des associations de notre ville qui ne sont pas des coquilles vides mais ont de vraies idées pour contrecarrer ce projet qui est une offense à notre belle ville… Le problème est certes que les choix sont effectivement motivés par des intérêts privés pour certains mais c’est aussi ce qui permet d’invalider le PLU. L’enquète public doit recueillir tous ces mécontentements (ou contentements) afin que l’enquêteur puisse émettre (ou pas) des réserves. Il faut que nos désaccords puissent être visibles, argumentés (comme vous l’avez si bien fait) et exprimés. Ce vieille adage est toujours aussi opérant: « qui ne dit rien, consent »

      Répondre
  3. robert_pasteurNo Gravatar

    Bonjour,
    L’association à l’origine de la fronde de juin dernier «PLU jamais» se nomme l’association pour la qualite de vie à Sannois.
    Si elle s’est fait un peu plus discrete pendant les vacances, sachez qu’elle ne s’est pas pour autant essoufflée.
    Différentes actions sont en cours de préparation.
    Les nombreuses adhésions en cours témoignent de l’intérêt que les sannoisiens portent à ce sujet.

    Vous pouvez les contacter à l’adresse :
    qualitedeviesannois@gmail.com
    Ou sur facebook :
    https://www.facebook.com/Defense-de-la-qualité-de-vie-à-Sannois-808873152546770/

    Répondre
  4. ROBERTNo Gravatar

    Bonjour.
    Pour info, à COUTIF ce n’est pas 50 appartements mais…..270, comme annoncée en conseil municipal. C’est loin d’être la même chose.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*