Le Parisien de ce 15 juillet : la situation politique de notre commune et la dette

Le Parisien a fait ces dernières semaines une série d’articles sur les maires nouvellement élus.

Aujourd’hui c’est Sannois qui est évoqué sur une pleine page.

La parole est donnée à notre maire et dans un autre article à l’ancien maire, nommé maire honoraire par le préfet .

On retiendra surtout le montant de la dette de 38 000 000 Euros dont 29% d’emprunts toxiques, sans tenir compte des 4 million de la condamnation sur le litige de la cuisine centrale, le plaignant ayant fait appel.

Cela fait tout de même plus de 1 400 Euros par sannoisien, bébés compris et presque 1 600 Euros avec la cuisine centrale !

En rapportant ces montants aux nombre de foyers fiscaux de la commune, que nous ne connaissons pas, la facture doit être encore beaucoup plus impressionnante.

3 réflexions au sujet de « Le Parisien de ce 15 juillet : la situation politique de notre commune et la dette »

  1. PBNo Gravatar

    Merci de cette info.
    Ne reste plus qu’à trouver cet article pour le lire, s’il est encore en vente.
    Nous avions cru comprendre dans les annonces de la liste candidate Union Pour Sannois que le différend sur la cuisine centrale de Sannois avait été résolu par l’ancienne équipe au bénéfice des sannoisiens.
    C’était sans doute oublier la possibilité d’appel…
    Quant aux emprunts toxiques, les banques ont été de mauvais conseil certes mais une municipalité ne devait pas se lancer dans des emprunts à caractère spéculatif.
    Attendons donc les résultats de l’audit financier promis par Mr Jamet, nouveau Maire, pour le mois de Juillet, pour mieux connaître notre situation financière. Celle ci pourrait, par exemple, faire l’objet d’un débat dans les futures assemblées de quartier….

    Répondre
    1. L'équipe Trait d'UnionNo Gravatar Auteur de l’article

      Il n’est légalement pas possible de copier intégralement un article de presse sans risquer des poursuites.

      Dans le cas du Parisien les articles sont accessibles sur leur site, en payant d’abord puis, assez souvent, gratuitement dans la durée.

      Répondre
  2. vauvelleNo Gravatar

    Certes l’article du Parisien relate l’état des finances de la ville. Il n’aborde pas hélas les responsabilités des élus du trésorier payeur et du Préfet qui ont permis de contracter des emprunts structurés alors que le code de la territorialité ne l’autorise pas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*