Notes prises à l’occasion de la rencontre de membres de notre bureau avec le Maire de Sannois

Nous avons obtenu un RV avec M le Maire hier en fin d’après-midi pour évoquer les projets d’urbanisme, le PLU et accessoirement la situation difficile des commerçants qui s’estiment abandonnés par la municipalité.

Nous ferons un CR pour les adhérents, mais sans attendre, je vous donne quelques informations et surtout je vous fais suivre le lien pour un article paru sur le blog de l’association.

Le Maire a confirmé le projet immobilier concernant la maison en meulière, ex coiffure et ex logement de la directrice de cabinet de l’ancien maire, le terrain avec le local seniors (qui serait déplacé) et le terrain du pavillon voisin . Il a indiqué que la Mairie a vainement tenté de vendre la maison en meulière à 530K€ net vendeur, sans succès. Ils ont eu des touches à 470K€ mais aucune offre.

Un promoteur leur a proposé un prix deux fois plus élevé, or la Mairie a besoin de ressources financières pour boucler son budget et faire face aux investissements nécessaires, sans augmenter les impôts.

Il confirme également qu’il ne souhaite pas densifier Sannois et a donné des instructions en ce sens aux équipes chargées de préparer le PLU (Plan Local d’Urbanisme).

Néanmoins il ne peut résister aux pressions très fortes de la Préfecture et de la Communauté d’agglomération pour construire des logements sur les grands axes autour de la Gare . A défaut, le PLU serait refusé.

Sur les grands axes, il faudra bien s’attendre à des possibilités de constructions d’immeubles mais avec des hauteurs limitées et il n’y aura pas de logements sociaux à proximité de la Gare (A 28%, la Ville respecte l’obligation de 25% minimum).

Nous avons demandé la protection du secteur pavillonnaire, en évitant la densification, en limitant la hauteur, en formulant des exigences architecturales et surtout des contraintes de maintien d’espaces verts.

Le PLU ne comprendra plus de COS mais édictera des règles contraignantes en terme de division des terrains, des contraintes de parking et d’insertion dans les zones pavillonnaires avec notamment une largeur de voie minimum selon le nombre de logements. il accepte tout à fait notre idée d’exigences en espaces verts.

Il confirme que les immeubles de bureaux inoccupés de l’autre côté de la Gare pourraient faire l’objet d’une opération d’aménagement en résidences pour étudiants et personnes âgées menée par la Communauté d’agglomération (ou départementale : je ne suis pas sûr).

Nous avons demandé également de privilégier sur les grands axes des commerces en rez-de-chaussée en maintenant une synergie des commerces par leur proximité.

Une réunion publique de présentation des orientations du PLU est prévue le 17 septembre. Il est important de noter cette date.

Nous avons également évoqué des rumeurs concernant la Coulée Verte, mais sur le projet ci-dessus entre l’allée d’Orgemont et les commerces, le Maire n’a pas été très précis.

Nous avons obtenu des informations plus précises sur ce projet par des habitants du quartier qui au même moment avaient un RV au service de l’Urbanisme avec Mme Laurence Trouzier Evêque, 2ème Maire-adjoint chargée de l’Urbanisme.

L’article de notre blog rédigé après le Conseil de Quartier donne également des informations.

Il faudra nous concerter et bien échanger nos informations.

La présence à la réunion publique du 17 septembre est très importante de même que la consultation du dossier lors de l’enquête publique qui devra certainement suivre. Les observations devront être communiquées au Commissaire enquêteur.

Compte tenu des règles d’urbanisme actuellement en vigueur, le projet ne pourra voir le jour immédiatement. Vraisemblablement pas avant 2 ans.

Mais ce sont les règles du PLU en cours d’élaboration qui en détermineront les contours définitifs.

Les règles d’urbanisme sont très techniques et bien peu de citoyens mesurent que les modifications des règles ont des conséquences bien des années après :

Je rappelle que la révision du POS par M. Paternotte en 1993, contre laquelle notre association s’était battue, a supprimé dans notre quartier Pasteur la zone résidentielle UH (idem avenue Rozée).

Le projet de 1993 augmentait considérablement la zone où des immeubles pouvaient être construits, la densification et la hauteur possible et prévoyait 16m (soit R+5 !!!) sur une vaste zone du boulevard .

Après une dure négociation qui nous a valu ensuite l’inimitié du Maire de l’époque, nous avions finalement obtenu une zone urbanisée plus réduite en superficie et une hauteur maxi de 13m (R+4) et 10m (R+3) sur la zone immédiatement derrière (nous demandions R+3 sur le boulevard).

Les règles de 1993 ont été complétées par la modification du POS de 2009 (contre laquelle nous avions déposé un recours gracieux puis au Préfet et enfin devant le Tribunal administratif malheureusement sans succès), les règles actuellement en vigueur prévoient :

– sur la zone UAm2 (au Sud le long du boulevard depuis la voie ferrée jusqu’à la rue de Stalingrad, au Nord depuis le bd jusqu’à la 3ème parcelle rue du Maréchal Foch (ex local de danse)) : 13m à l’égout du toit, 19m de hauteur totale par rapport au niveau du terrain naturel, soit R+4 + combles !!!

– sur la zone UAm3 (au Sud du bd : entre les premières parcelles bd M Berteaux et la rue de Stalingrad, au Nord du bd : le long de la rue du Maréchal Foch jusqu’à la rue P.E. Lesacq) : 10m à l’égout du toit et 16m de hauteur totale, soit R+3 + combles.

Ce sont bien ces hauteurs très (trop) importantes qui sont aujourd’hui en vigueur !!! (je tiens à votre disposition le règlement et les plans que vous pouvez également consulter à la Mairie).

Il ne faut malheureusement pas s’attendre à ce que le PLU à venir puisse baisser ces hauteurs.

Je pense donc que par la négociation (et s’il le faut l’opposition), il va falloir surtout s’attacher à l’obtention de limites par rapport au voisinage, à la vue….qui par voie de conséquence permettront de faire baisser la hauteur réellement constructible.

Mais il faut bien savoir que le prix proposé par les promoteurs aux vendeurs (dont la Mairie) est directement lié au nombre de m2 constructibles. Il y a sans doute un seuil minimum qu’ils ne voudront pas dépasser.

L’association est et restera indépendante de tout parti politique ou de toute équipe municipale et continuera à défendre les intérêts et la qualité de vie des habitants de nos quartiers.

Mais sans aucunement chercher à défendre la municipalité actuelle, rappelons que Y. Paternotte avait discrètement préempté la maison en meulière ainsi que le terrain jouxtant où est le local des anciens où était prévu la construction d’un pavillon individuel, manifestement dans l’optique de réaliser une opération immobilière sur le bd Maurice Berteaux.

Nous avions alors demandé un état des diverses préemptions réalisées, que nous n’avons jamais obtenu (il y a aussi le garage plusieurs fois remplacé, le local ex toiletteur de chiens toiletteur, maintenant agence d’intérim…)

En attendant de pouvoir réaliser cette opération, il avait logé sa chef de cabinet pour un loyer dérisoire de 300€ par mois après de lourds travaux de rénovation aux frais de la Mairie.

Sur le terrain contigu, il avait fait poser in extremis avant les élections un local pour les seniors. Nous avions pu obtenir un camouflage par un bardage bois, mais jamais une construction en dur n’a été envisagée, ce qui démontrait qu’une opération immobilière arriverait un jour ou l’autre.

La dégradation des finances de la Ville et la baisse du marché immobilier n’ont fait que reporter l’échéance.

Quelle que soit la municipalité en place, il est important de rester vigilant et de bien tenir compte de toute modification des règles d’urbanisme ou des interventions de la Mairie. Il y a toujours derrière un projet souvent non dévoilé.Notes p

11 réflexions au sujet de « Notes prises à l’occasion de la rencontre de membres de notre bureau avec le Maire de Sannois »

  1. RobertNo Gravatar

    Petits mensonges ? Le maire est en train de réfléchir a la construction de logements sociaux en face de l’EMB. Deux réunions ont déjà eu lieu en mairie. En effet il existe un grand terrain près des HLM existant rue Joffre sur l’arrière du lotissement. Le maire a même suggèré au bailleur de se rapprocher du marchand de charbon pour construire un peu plus. Adieu le SANNOIS que nous aimions tant!

    Répondre
    1. pieriniNo Gravatar

      Bonjour Robert,
      Votre contribution m’intéresse fortement dans la mesure où le marchand de charbon est presque mon voisin. Pourriez-vous m’en dire plus?
      Merci par avance.

      Répondre
  2. LeraleurNo Gravatar

    Dans votre article, vous citez les propos du Maire  » on a essayé de vendre la maison au prix de 530K€ net vendeur depuis un an » (sic), or aucune publicité n’a été faite ni sur la grille de la dite maison, ni sur le magazine de Sannois contrairement à 2 terrains à bâtir proposés à la vente . Certainement que la majorité des Sannoisiens ignoraient cette opportunité. Le projet d’immeuble était dans les cartons de l’ancienne municipalité et donc réalisée en catimini par nos élus actuels pour éviter toutes contestations.
    Nous devons rester vigilants et surtout très mėfiants envers ces élus qui se disaient différents de l’ancienne équipe municipale!!!

    Répondre
  3. Pasteur de toujoursNo Gravatar

    Bonjour,
    Au vu de ces commentaires ci-dessus, manifestement, le Maire n’a pas tout dit à l’association concernant les logements sociaux et il semble avoir été bien peu précis sur le projet bd Maurice Berteaux par rapport à ce qu’a révélé le même jour la Maire Adjointe, puisqu’elle a présenté à des riverains un avant-projet précis. Le Maire cherche-t-il à « enfumer » l’association ?
    Par contre, on ne peut dire qu’il n’y a pas eu de publicité pour la vente de la maison en meulière (ex logement de la chef de cabinet de Y. Paternotte) : j’ai aisément trouvé plusieurs annonces de différentes agences immobilières sur « seloger.com ». Elles y sont encore.
    Merci à l’association de nous aider à défendre notre quartier. Nous comptons sur vous.

    Répondre
  4. APNo Gravatar

    J’ai du mal à croire à ce projet d’immeuble R+4 boulevard Maurice Berteaux.
    En effet, concernant le projet de PLU, Bernard Jamet a indiqué récemment dans une interview à un journal des propos qui vont absolument dans le sens inverse : « Le cap qu’on a fixé, c’est de garder l’esprit, l’âme de Sannois. Dans les quartiers pavillonaires, faire en sorte que les pavillons ne soient pas remplacés par des immeubles de quatre étages ». C’est le maire lui-même qui le dit.
    A moins bien sûr, qu’entre temps, il ait changé d’avis devant l’offre alléchante d’un promoteur et accepte de faire une première entorse à ce principe… qu’il avait lui-même fixé.
    Vivement que l’on découvre le projet de PLU !

    Répondre
  5. StephaneNo Gravatar

    Voila une histoire bien affligeante !

    Le prétexte de la dette n’en finit plus de justifier, aux yeux de la municipalité, des choix de plus en plus critiquables et critiqués.

    Et aujourd’hui, on nous remet cette histoire de POS d’actualité !

    Si la mairie n’arrive pas à se séparer d’un de ses biens immobiliers, la sagesse du bon père de famille voudrait qu’elle remette à des jours meilleurs ce projet de cession, histoire de ne pas avoir à regretter un choix non abouti.
    On voit que deux points de vue se confrontent : pour certains, ce projet est mal ficelé quand d’autres disent au contraire qu’il ne l’est que trop !

    Les questions d’urbanisme sont sensibles.
    Quand on repense à Paternotte et sa modification de POS, on aurait pu espérer que la municipalité suivante ne se paie pas le luxe d’une controverse supplémentaire.
    Au moins sur ce sujet, il n’était pas difficile d’être consensuel.

    Quand vous dites que « La Mairie a besoin de ressources financières pour boucler son budget et faire face aux investissements nécessaires, sans augmenter les impôts », voila une façon singulière de procéder, quelque peu minimaliste, dangereuse, associée à une gestion très court-termiste du dossier.
    En se séparant de ses biens fonciers ou immobiliers de cette façon, non seulement elle abandonne certaines de ses belles promesses de campagne mais surtout d’éventuels projets sur lesquels elle pourrait rester aux commandes, en imaginant les services de demain à apporter aux habitants.

    Le quartier ne demande qu’à être redynamisé, en favorisant l’implantation de nouvelles échoppes à côté de celles existantes, en y intégrant le local pour les seniors de façon plus pérenne , se réserver l’emplacement d’une nouvelle salle d’activités pour les enfants (suite à l’abandon de la maison de quartier Pasteur, il semblerait que l’association de danse arrête ses activités faute de lieu adapté où pouvoir continuer),…

    Les objectifs décrits dans le dossier de modification du POS en 2009 étaient bien « de favoriser l’accueil et le maintien d’activités économiques autour du secteur de la gare…il est donc prévu de limiter la destination des constructions le long des voies aux seules activités économiques (…) il s’agit d’éviter l’accroissement de la population pour ne pas avoir à construire de nouveaux équipements les équipements en place étant saturés. »

    Vous indiquez que vous avez abordé la situation difficile des commerçants qui s’estiment abandonnés par la municipalité.
    Mais à la lecture de votre bulletin, on ne voit pas grand chose sur ce thème :
    « Nous avons demandé également de privilégier sur les grands axes des commerces en rez-de-chaussée en maintenant une synergie des commerces par leur proximité…mais sur le projet ci-dessus entre l’allée d’Orgemont et les commerces, le Maire n’a pas été très précis. »
    Bref le nouveau maire fait tout l’inverse.

    L’ancien maire dans un interview du Parisien en 2009 affirmait « il s’agit d’éviter toute construction d’immeuble d’habitations de plusieurs étages le long des rues. Cette modification permettra d’éviter la vente de pavillons, immédiatement rasés avant la construction d’un immeuble. On va protéger le quartier de la spéculation immobilière et des promoteurs « .

    Même Monsieur Dulouard était lui aussi d’accord pour dire qu’il ne fallait pas chercher à augmenter le nombre d’habitants car Sannois n’a pas les moyens d’accroître ses infrastructures pour les accueillir,(écoles, crèches etc…)

    Et le Maire  » confirme qu’il ne souhaite pas densifier Sannois » : et c’est pour cela qu’il se dépêche de le faire avant la validation du nouveau PLU !

    Tout cela est décidément bien confus.

    Vous dites : « Sur les grands axes, il faudra bien s’attendre à des possibilités de constructions d’immeubles mais avec des hauteurs limitées « . Mais l’emprise des bureaux de la gare ainsi que la bande de terrain de l’ancienne voie SNCF désaffectée représente bien quelques mètres carrés. S’il s’agit de densifier, commençons déjà par là. Ainsi la communauté de communes sera satisfaite et les habitants des quartiers pavillonnaires autour également.

    Pourquoi vouloir casser ces maisons qui ont quand même un certain cachet ?
    on voit bien combien les trente années de gestion Paternotte ont fait disparaître la notion de charme à Sannois, qui a vu ses zones pavillonnaires disparaître au profit de grands ensembles immobiliers. Et on continue ?

    Alors quand vous dites que le prix proposé par les promoteurs aux vendeurs (dont la Mairie) est directement lié au nombre de m2 constructibles, c’est bien pour cette raison qu’une fois la vente faite, ce sera beaucoup plus difficile pour la mairie de négocier quoi que ce soit.

    Répondre
    1. SaintNo Gravatar

      Pouvez vous m’indiquer pourquoi ce projet ne pourrait pas voir le jour avant 2 ans ? Je ne vois pas en l’état ce qu’il en empêcherait : il y a un POS valide et c’est lui qui est actuellement pris en compte pour le traitement de demande de permis de construire.
      Si c’est le message de la mairie sur le sujet, c’est tout simplement pour endormir l’assemblée. Vous verrez que les pelleteuses vont faire leur entrée plus vite que prévu.
      Battez vous…mais vite !

      Répondre
  6. La VigieNo Gravatar

    Pourquoi il faut 2 ans?
    Le projet ne peut voir le jour immédiatement pour les raisons suivantes:
    Le POS actuellement opposable n’autorise pas la construction d’immeuble de logements mais uniquement d’immeubles tertiaires.
    La mairie a missionné un bureau d’études pour définir le PLU de Sannois en remplacement du POS (obligation réglementaire pour les communes)
    Les études sont actuellement bien avancées et devraient être soumises à une première réunion publique d’informations début septembre.
    Le PLU envisage de revenir à la possibilité de construire des immeubles de logements sur le secteur.
    Dans cette optique, les promoteurs trouve un regain d’intérêt sur le secteur.
    La mairie anticipe donc le passage au PLU pour mieux vendre les terrains qu’elle possède sur le boulevard.
    Dans le cas présent, le propriétaire limitrophe est également vendeur à la société de promotion ce qui selon l’avant projet connu permettrait de construire 50 à 60 logements, ce qui est tout à fait considérable pour le secteur et en totale contradiction avec les engagements de campagne de la mairie.
    Le Nombre de logements est bien trop important obligeant l’extension des services publics écoles, crèches alors que la ville s’est engagée à éponger les dettes et à avoir une gestion vertueuse.
    Aucun commerce réservé actuellement au RDC pour le développement du quartier contrairement aux assurances données de dynamiser le quartier.
    Développement anarchique en retour sur le passage qui ne peut que satisfaire le promoteur en ne préservant pas l’intérêt général du quartier et son environnement.
    C’est donc des maintenant et avant l’approbation du PLU qu’il fut intervenir pour circonscrire le projet et contraindre la mairie de respecter ses engagements.

    Répondre
    1. RPNo Gravatar

      La vente de la maison du 22 boulevard Maurice Berteaux (panneau vendu affiché depuis un petit moment) aurait été empêchée par la mairie.
      De là à y voir une extension du projet de l’allée d’Orgemont …

      Répondre
      1. La VigieNo Gravatar

        C’est fort probable.
        Sur un plan strictement architectural cela se conçoit parfaitement pour unifier le front de rue.
        Ce qui me semble important, c’est de réduire le nombre de logements prévus et de réserver les RDC aux commerces et activités tertiaires.

        Répondre
  7. RPNo Gravatar

    Ca se précise…

    L’algeco dédié depuis quelques années aux séniors et installé boulevard Maurice Berteaux va très bientôt déménager.
    La municipalité qui n’a pas de solutions à donner pour l’accueil des enfants pendant le temps périscolaire va installer ce magnifique mobile home…dans la cour de récré.

    C’est qu’il n’y a plus de place à l’école Pasteur ! On pousse les murs, c’est le cas de le dire : la création d’une classe supplémentaire à la rentrée va amputer « la salle des maîtres » d’une partie de sa superficie.

    Et pour les séniors ? c’est à l’étude…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*